Exclusivité Web !

Coffret de 3 Dacao from IpanemaTM
aux couleurs du Brésil dans un coffret
qui sent bon la samba et le sable chaud !

Plumes d'oie naturelles et caoutchouc.

+ -
16,90 €
Exclusivité Web !

Coffret de 3 Dacao from IpanemaTM 
de couleurs différentes dans un coffret
tricolore et international  !

Plumes d'oie naturelles et caoutchouc.

+ -
16,90 €
Le volant DACAO sur les marches de RIO de JANEIRO
Trois joueurs de DACAO à RIO de JANEIRO
Tournage du clip DACAO à RIO de JANEIRO

Le DACAO tire son nom du DA CAU,

sport ancestral d'origine vietnamienne – désormais érigé en sport national – qui consiste à jongler et à s’échanger un volant en utilisant les pieds.

Jeu nomade, ludique et populaire,

le Dacao est avant tout synonyme de liberté et de partage.

Il s’adresse à tous les publics,
tous les âges, toutes les conditions physiques… et tous les environnements !

Avec un peu d’entraînement, le Dacao from IpanemaTM n'aura plus aucun secret pour toi...

Partout, seul ou à plusieurs,

jongle comme un pro et exprime ton (free)style grâce au Dacao from IpanemaTM, le nouveau jeu phénomène.

Du Da Cau au Dacao
la légende de la plume

La légende raconte qu'un jeune garçon, passionné de football et virtuose du jonglage, quitta son Vietnam natal pour partir à la découverte du monde.

Au bout d’un long périple, il atterrit au Brésil avec, pour seul bagage, un petit volant à jongler très répandu dans son pays, le Da Cau. À Rio de Janeiro, il exhiba ses talents de jongleur sur toutes les plages de la ville en échange de quelques réals et devint rapidement la mascotte des Cariocas. Des beaux quartiers aux favelas, on ne parlait que de lui et des prodiges dont il était capable avec son curieux volant. Le Tout-Rio le connaissait sous le nom de « Da Cau ».

Sa renommée vint jusqu’aux oreilles d’un riche homme d'affaires qui lui proposa une fortune s'il était capable de faire rebondir son volant pendant plus de trois heures, sans qu'il touche le sol.
Rendez-vous fut pris sur la mythique plage d'Ipanema.

La ville tout entière avait eu écho du défi et s’était rassemblée dès l’aube pour soutenir le jongleur magique. Il entama ses figures, sous les hourras et les « Da Cau ! Da Cau ! » que scandait la foule. Tout le monde était en transe et ce n’est pas trois heures de suite qu’il jongla… mais la journée entière ! Le pays du football avait sa nouvelle légende.
Bon joueur, l'homme d'affaires qui l'avait défié voulut non seulement s'acquitter de sa dette mais la tripler ! Le jeune « Da Cau » refusa l'argent et dit à l'homme en lui confiant son précieux volant : « Le Da Cau, c'est la joie et la liberté. Fais-le connaître au monde entier ! »

Le Da Cau – rebaptisé « Dacao » en son honneur – est depuis ce jour un emblème brésilien de fête et de dépassement de soi. Quant au jongleur prodigieux, plus personne ne le revit jamais.